Notre histoire

En 1940 Laerdal Medical AS était une petite maison d’édition, spécialisée dans les cartes de vœux et dans les livres pour enfants. La société s’est rapidement diversifiée dans la fabrication de jouets en bois. Pionnier des plastiques souples dans les années 50, Laerdal a fabriqué des millions de poupées réalistes et de petites voitures totalement inoffensives pour enfants et pour le mobilier( !).

Le savoir-faire acquis lors de la fabrication de jouets a ouvert de nouvelles portes dans la fabrication de simulations de blessures. La médecine de premiers secours et la médecine d’urgence sont devenues notre domaine d’activité dans lequel nous avons fortement mis l’accent sur la formation. Le symbole du tournant décisif de l’activité de la société est une jeune femme décédée vers 1890.

La jeune femme de la Seine
Au début du XXème siècle, le corps d'une jeune femme fut repêché de la Seine à Paris. En l'absence de trace de violence, on en conclut que cette personne s'était suicidée. Son identité n'ayant pu être établie, un masque mortuaire fut réalisé selon la coutume de l'époque. Sa beauté et son sourire si particulier s'ajoutèrent au mystère de sa mort.

Diverses romances inspirées de cette énigme furent alors publiées. Selon l'une d'elles, sa mort serait le résultat d'un amour impossible. Cette légende devint populaire en Europe ainsi que la reproduction du masque mortuaire.

Du masque mortuaire au baiser de la vie
Des générations plus tard, la "jeune femme de la Seine" fut à nouveau d'actualité lorsque Amund S. Laerdal commença à développer des mannequins pour l'enseignement des techniques de bouche à bouche.

Touché par l'histoire de cette jeune femme décédée à un si jeune âge, il fit modeler un visage à partir du masque mortuaire pour son nouveau mannequin d'enseignement, Resusci Anne. Il pensait qu'un mannequin de taille humaine et d'apparence très réaliste permettrait aux élèves d'être davantage motivés pour apprendre les techniques de réanimation

Le Bon Samaritain
Avec le mannequin Resusci Anne, la société s’est consacrée au développement de la réanimation et des soins d’urgence. Il nous fallait un nouveau logo pour illustrer notre mission.

L’image choisie pour notre emblème est celle du Bon Samaritain. Notre logo représente l’ancienne légende du voyageur dont la compassion et les soins désintéressés sauvèrent la vie d’un parfait étranger. Son attitude, son empathie et ses actions nous inspirent dans la réalisation de nos activités.

Etapes de notre développement
Dans les années 60, la médecine pré-hospitalière d'urgence a commencé à être considérée comme un prolongement des soins spécialisés en hôpital. Pour faciliter la mise en pratique de ces idées, Laerdal a mis au point un matériel aisément transportable pour la ventilation et le contrôle des voies aériennes. Ce fut le début d'une tradition: proposer du matériel en même temps que des aides complémentaires à la formation.

En 1980, la Fondation Laerdal pour la Médecine d'urgence a été créée. Depuis des années, celle-ci permet de soutenir un nombre considérable de projets de recherche, d'éducation et d'édition.

Dans les années 80, il a été prouvé que la défibrillation précoce augmentait de manière décisive le taux de survie des patients victimes d'un arrêt cardiaque pré-hospitalier. Ceci a conduit au développement de notre défibrillateur semi-automatique Heartstart, permettant ainsi au personnel ambulancier n'ayant pas reçu une longue formation médicale d'appliquer ce traitement salvateur.

Dans les années 90, nos colliers Stifneck ont permis d’éviter les blessures inutiles ainsi qu’une invalidité due au traumatisme du rachis

En janvier 2000, Laerdal a développé sa collaboration avec Medical Plastics Laboratories Inc. (MPL) basée au Texas en acquérant cette société innovante et pleine de ressources. La Société s’appelle maintenant Laerdal Texas dont le produit vedette à ce jour est le SimMan. L’acquisition de MPL a ouvert de nouveaux créneaux de vente et de distribution. De plus, la collaboration étroite avec la structure Laerdal de New York a renforcé la position déjà forte de Laerdal sur le marché Américain.

Laerdal est en constante évolution et a réussi à dynamiser le marché grâce au développement de produits innovants. En 2002, Laerdal a entamé une collaboration avec Sophus Medical basée au Danemark lorsqu’elle a commencé à s’intéresser aux systèmes d’enseignement médical interactifs. Sophus a été rachetée en 2003 et s’appelle désormais Laerdal Sophus. Cette société est leader dans le domaine de l’enseignement sur ordinateur et divers systèmes proposant des programmes d’enseignement autodirigés destinés au pré-hospitalier, à l’intra hospitalier et aux militaires ont été lancés au cours du premier semestre 2004.

En tant que prolongement naturel de la micro simulation, la réalité virtuelle est devenue un domaine intéressant pour compléter la gamme de produits de Laerdal Médical. Courant 2004, Laerdal a racheté la propriété intellectuelle et le transfert de personnes appelés SimQuest. Ce groupe s’appelle maintenant Laerdal DC et est chargé de fabriquer une gamme de produits relatifs à la réalité virtuelle. Le premier produit –le bras de perfusion- a été lancé au cours de l’été 2004.

Pour renforcer le portefeuille «thérapeutique » et la position de la société dans cette gamme de produits, STI a été racheté en juin 2003. Cette acquisition a permis de compléter la gamme de produits thérapeutiques. Des solutions sont désormais proposées avec le fixateur de sonde et une gamme plus étendue de systèmes d’immobilisation du rachis cervical. En mars 2004, Laerdal a célébré l’ouverture officielle d’une nouvelle usine en Chine. Cette nouvelle usine va permettre à la société d’être mieux préparée au futur en fournissant non seulement des installations de qualité en Extrême Orient mais également en lui permettant de pénétrer sur le marché Chinois en pleine expansion.


Les missions de Laerdal
A ce jour, Laerdal Medical a pour mission d’aider à sauver des vies grâce à des produits concernant l’enseignement à la RCP, le dégagement des voies respiratoires, l’enseignement aux soins spécialisés, l’immobilisation du rachis cervical, l’enseignement à la traumatologie, le monitoring, la défibrillation, la simulation patient de base, intermédiaire et avancée en liaison avec la micro simulation et la réalité virtuelle.